Comment renforcer votre système immunitaire

Comment renforcer votre système immunitaire

avril 4, 2020 Non Par Dr sandra

Des moyens utiles pour renforcer votre système immunitaire et combattre les symptômes du coronavirus et plusieurs autre maladies

Comment pouvez-vous améliorer votre système immunitaire? Dans l’ensemble, votre système immunitaire fait un travail remarquable pour vous défendre contre les micro-organismes pathogènes. Mais parfois, il échoue: un germe envahit avec succès et vous rend malade. Est-il possible d’intervenir dans ce processus et de booster votre système immunitaire? Et si vous améliorez votre alimentation? Prendre certaines vitamines ou préparations à base de plantes? Faire d’autres changements de style de vie dans l’espoir de produire une réponse immunitaire presque parfaite?

Que pouvez-vous faire pour renforcer votre système immunitaire?

L’idée de renforcer votre immunité est séduisante, mais la capacité de le faire s’est révélée difficile à atteindre pour plusieurs raisons. Le système immunitaire est précisément cela – un système, pas une seule entité. Pour bien fonctionner, il nécessite équilibre et harmonie. Il y a encore beaucoup de choses que les chercheurs ne connaissent pas sur les subtilités et l’interdépendance de la réponse immunitaire. Pour l’instant, il n’existe aucun lien direct scientifiquement prouvé entre le mode de vie et une fonction immunitaire renforcée.

Mais cela ne signifie pas que les effets du mode de vie sur le système immunitaire ne sont pas intrigants et ne devraient pas être étudiés. Les chercheurs explorent les effets du régime alimentaire, de l’exercice, de l’âge, du stress psychologique et d’autres facteurs sur la réponse immunitaire, tant chez les animaux que chez les humains. En attendant, les stratégies générales de vie saine sont un bon moyen de donner le dessus à votre système immunitaire.

Des moyens sains pour renforcer votre système immunitaire

Votre première ligne de défense est de choisir un mode de vie sain. Suivre les directives générales de bonne santé est la meilleure étape que vous puissiez prendre pour maintenir naturellement votre système immunitaire fort et sain. Chaque partie de votre corps, y compris votre système immunitaire, fonctionne mieux lorsqu’elle est protégée des agressions environnementales et renforcée par des stratégies de vie saine telles que celles-ci:

  • Ne fume pas.
  • Ayez une alimentation riche en fruits et légumes.
  • Exercice régulier.
  • Maintenez un poids santé.
  • Si vous buvez de l’alcool, ne buvez qu’avec modération.
  • Dormez suffisamment.
  • Prenez des mesures pour éviter les infections, comme vous laver fréquemment les mains et bien cuire les viandes.
  • Essayez de minimiser le stress.

Augmentez l’immunité de manière saine

De nombreux produits sur les étagères des magasins prétendent renforcer ou soutenir l’immunité. Mais le concept de renforcement de l’immunité n’a en fait guère de sens scientifiquement. En fait, augmenter le nombre de cellules de votre corps – cellules immunitaires ou autres – n’est pas nécessairement une bonne chose. Par exemple, les athlètes qui pratiquent le “dopage sanguin” – pompant du sang dans leur système pour augmenter leur nombre de cellules sanguines et améliorer leurs performances – courent le risque d’accidents vasculaires cérébraux.

Tenter de stimuler les cellules de votre système immunitaire est particulièrement compliqué, car il existe de nombreux types de cellules dans le système immunitaire qui répondent à tant de microbes différents de tant de façons. Quelles cellules devriez-vous augmenter et à quel nombre? Jusqu’à présent, les scientifiques ne connaissent pas la réponse. Ce que l’on sait, c’est que le corps génère continuellement des cellules immunitaires. Il produit certainement beaucoup plus de lymphocytes qu’il ne peut en utiliser. Les cellules supplémentaires se retirent par un processus naturel de mort cellulaire appelé apoptose – certaines avant qu’elles ne voient une action, d’autres après la victoire. Personne ne sait combien de cellules ou quel est le meilleur mélange de cellules dont le système immunitaire a besoin pour fonctionner à son niveau optimal.

Système immunitaire et âge

En vieillissant, notre capacité de réponse immunitaire diminue, ce qui contribue à son tour à plus d’infections et à plus de cancers. L’espérance de vie dans les pays développés ayant augmenté, il en va de même de l’incidence des affections liées à l’âge.

Alors que certaines personnes vieillissent en bonne santé, la conclusion de nombreuses études est que, par rapport aux personnes plus jeunes, les personnes âgées sont plus susceptibles de contracter des maladies infectieuses et, plus important encore, plus susceptibles d’en mourir. Les infections respiratoires, la grippe et en particulier la pneumonie sont une des principales causes de décès chez les personnes de plus de 65 ans dans le monde.

Personne ne sait avec certitude pourquoi cela se produit, mais certains scientifiques observent que ce risque accru est en corrélation avec une diminution des lymphocytes T, peut-être du thymus s’atrophiant avec l’âge et produisant moins de lymphocytes T pour combattre l’infection. On ne sait pas très bien si cette diminution de la fonction du thymus explique la baisse des lymphocytes T ou si d’autres changements jouent un rôle. D’autres souhaitent savoir si la moelle osseuse devient moins efficace pour produire les cellules souches qui donnent naissance aux cellules du système immunitaire.

Une réduction de la réponse immunitaire aux infections a été démontrée par la réponse des personnes âgées aux vaccins. Par exemple, des études sur les vaccins antigrippaux ont montré que pour les personnes de plus de 65 ans, le vaccin est beaucoup moins efficace que les enfants en bonne santé (plus de 2 ans). Mais malgré la diminution de l’efficacité, les vaccinations contre la grippe et S. pneumoniae ont considérablement réduit les taux de maladie et de décès chez les personnes âgées par rapport à l’absence de vaccination.

Il semble y avoir un lien entre la nutrition et l’immunité chez les personnes âgées. Une forme de malnutrition qui est étonnamment courante même dans les pays riches est connue sous le nom de «malnutrition en micronutriments». La malnutrition en micronutriments, dans laquelle une personne est déficiente en certaines vitamines essentielles et oligo-éléments obtenus ou complétés par un régime alimentaire, peut être courante chez les personnes âgées.

Les personnes âgées ont tendance à manger moins et ont souvent moins de choix dans leur alimentation. Une question importante est de savoir si les compléments alimentaires peuvent aider les personnes âgées à maintenir un système immunitaire plus sain. Les personnes âgées devraient discuter de cette question avec un médecin qui connaît bien la nutrition gériatrique, car même si certains compléments alimentaires peuvent être bénéfiques pour les personnes âgées, même de petits changements peuvent avoir de graves répercussions dans ce groupe d’âge.

Régime alimentaire et système immunitaire

Comme toute force de combat, l’armée du système immunitaire marche sur le ventre. Les guerriers du système immunitaire en bonne santé ont besoin d’une bonne alimentation régulière. Les scientifiques reconnaissent depuis longtemps que les personnes vivant dans la pauvreté et souffrant de malnutrition sont plus vulnérables aux maladies infectieuses. Il n’est cependant pas certain que l’augmentation du taux de maladie soit causée par les effets de la malnutrition sur le système immunitaire. Il existe encore relativement peu d’études sur les effets de la nutrition sur le système immunitaire des humains, et encore moins d’études qui lient les effets de la nutrition directement au développement (par rapport au traitement) des maladies.

Il existe des preuves que diverses carences en micronutriments – par exemple, des carences en zinc, sélénium, fer, cuivre, acide folique et vitamines A, B6, C et E – modifient les réponses immunitaires chez les animaux, telles que mesurées dans le tube à essai. Cependant, l’impact de ces changements du système immunitaire sur la santé des animaux est moins clair, et l’effet de déficiences similaires sur la réponse immunitaire humaine n’a pas encore été évalué.

Alors que peux-tu faire? Si vous pensez que votre alimentation ne répond pas à tous vos besoins en micronutriments – peut-être, par exemple, vous n’aimez pas les légumes – la prise d’un supplément quotidien de multivitamines et de minéraux peut apporter d’autres avantages pour la santé, au-delà de tout effet potentiellement bénéfique sur le système immunitaire. La prise de mégadoses d’une seule vitamine ne le fait pas. Plus n’est pas nécessairement mieux.

Améliorez l’immunité avec des herbes et des suppléments?

Entrez dans un magasin et vous trouverez des bouteilles de pilules et de préparations à base de plantes qui prétendent «soutenir l’immunité» ou autrement améliorer la santé de votre système immunitaire. Bien que certaines préparations se soient avérées altérer certains composants de la fonction immunitaire, rien ne prouve jusqu’à présent qu’elles renforcent réellement l’immunité au point où vous êtes mieux protégé contre les infections et les maladies. Démontrer si une herbe – ou toute autre substance, d’ailleurs – peut renforcer l’immunité est, jusqu’à présent, une question très compliquée. Les scientifiques ne savent pas, par exemple, si une herbe qui semble augmenter les niveaux d’anticorps dans le sang fait réellement quelque chose de bénéfique pour l’immunité globale.

Stress et fonction immunitaire

La médecine moderne a fini par apprécier la relation étroitement liée entre l’esprit et le corps. Une grande variété de maladies, dont les maux d’estomac, l’urticaire et même les maladies cardiaques, sont liées aux effets du stress émotionnel. Malgré les défis, les scientifiques étudient activement la relation entre le stress et la fonction immunitaire.

D’une part, le stress est difficile à définir. Ce qui peut sembler être une situation stressante pour une personne ne l’est pas pour une autre. Lorsque des personnes sont exposées à des situations qu’elles considèrent comme stressantes, il leur est difficile de mesurer le niveau de stress qu’elles ressentent et il est difficile pour le scientifique de savoir si l’impression subjective d’une personne quant à la quantité de stress est exacte. Le scientifique ne peut mesurer que des choses qui peuvent refléter le stress, comme le nombre de fois que le cœur bat chaque minute, mais ces mesures peuvent également refléter d’autres facteurs.

Cependant, la plupart des scientifiques qui étudient la relation entre le stress et la fonction immunitaire n’étudient pas un facteur de stress soudain et de courte durée; ils essaient plutôt d’étudier des facteurs de stress plus constants et plus fréquents connus sous le nom de stress chronique, tels que ceux causés par les relations avec la famille, les amis et les collègues de travail, ou les difficultés persistantes à bien fonctionner au travail. Certains scientifiques étudient si le stress en cours affecte le système immunitaire.

Mais il est difficile de réaliser ce que les scientifiques appellent des “expériences contrôlées” sur des êtres humains. Dans une expérience contrôlée, le scientifique peut modifier un et un seul facteur, comme la quantité d’un produit chimique particulier, puis mesurer l’effet de ce changement sur un autre phénomène mesurable, comme la quantité d’anticorps produits par un type particulier de cellule du système immunitaire lorsqu’elle est exposée au produit chimique. Chez un animal vivant, et en particulier chez un être humain, ce type de contrôle n’est tout simplement pas possible, car il y a tellement d’autres choses qui arrivent à l’animal ou à la personne au moment où des mesures sont prises.

Malgré ces inévitables difficultés à mesurer la relation entre le stress et l’immunité, les scientifiques progressent.

La Grippe vous donne-t-il un système immunitaire faible?

Presque toutes les mères l’ont dit: “Portez une veste ou vous attraperez froid!” A-t-elle raison? Jusqu’à présent, les chercheurs qui étudient cette question pensent qu’une exposition normale à un froid modéré n’augmente pas votre sensibilité aux infections. La plupart des experts en santé conviennent que la raison pour laquelle l’hiver est la “saison du rhume et de la grippe” n’est pas que les gens ont froid, mais qu’ils passent plus de temps à l’intérieur, en contact plus étroit avec d’autres personnes qui peuvent transmettre leurs germes.

Mais les chercheurs restent intéressés par cette question dans différentes populations. Certaines expériences avec des souris suggèrent que l’exposition au froid pourrait réduire la capacité de faire face à l’infection. Mais qu’en est-il des humains? Les scientifiques ont plongé les gens dans de l’eau froide et ont obligé d’autres à s’asseoir nus dans des températures glaciales. Ils ont étudié les gens qui vivaient en Antarctique et ceux qui faisaient des expéditions dans les Rocheuses canadiennes. Les résultats sont mitigés. Par exemple, les chercheurs ont documenté une augmentation des infections des voies respiratoires supérieures chez les skieurs de fond compétitifs qui s’exercent vigoureusement dans le froid, mais si ces infections sont dues au froid ou à d’autres facteurs – tels que l’exercice intense ou la sécheresse de l’air – est pas connu.

Un groupe de chercheurs canadiens qui a examiné des centaines d’études médicales sur le sujet et mené certaines de ses propres recherches conclut qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter de l’exposition au froid modéré – cela n’a aucun effet néfaste sur le système immunitaire humain. Devez-vous vous emmitoufler quand il fait froid dehors? La réponse est “oui” si vous n’êtes pas à l’aise ou si vous allez être dehors pendant une période prolongée où des problèmes tels que les engelures et l’hypothermie sont un risque. Mais ne vous inquiétez pas de l’immunité.

Exercice: bon ou mauvais pour l’immunité?

L’exercice régulier est l’un des piliers d’une vie saine. Il améliore la santé cardiovasculaire, abaisse la pression artérielle, aide à contrôler le poids corporel et protège contre diverses maladies. Mais cela aide-t-il à renforcer naturellement votre système immunitaire et à le maintenir en bonne santé? Tout comme une alimentation saine, l’exercice peut contribuer à une bonne santé générale et donc à un système immunitaire sain. Il peut contribuer encore plus directement en favorisant une bonne circulation, ce qui permet aux cellules et aux substances du système immunitaire de se déplacer librement dans le corps et de faire leur travail efficacement.

Certains scientifiques tentent de passer à l’étape suivante pour déterminer si l’exercice affecte directement la sensibilité d’une personne à l’infection. Par exemple, certains chercheurs cherchent à savoir si des quantités extrêmes d’exercice intensif peuvent rendre les athlètes plus souvent malades ou altérer d’une manière ou d’une autre leur fonction immunitaire. Pour effectuer ce type de recherche, les scientifiques de l’exercice demandent généralement aux athlètes de faire de l’exercice intensivement; les scientifiques testent leur sang et leur urine avant et après l’exercice pour détecter tout changement dans les composants du système immunitaire. Bien que certains changements aient été enregistrés, les immunologistes ne savent pas encore ce que ces changements signifient en termes de réponse immunitaire humaine.

Mais ces sujets sont des athlètes d’élite soumis à un effort physique intense. Qu’en est-il de l’exercice modéré pour les gens moyens? Aide-t-il à maintenir le système immunitaire en bonne santé? Pour l’instant, même si aucun lien bénéfique direct n’a été établi, il est raisonnable de considérer l’exercice régulier modéré comme une flèche bénéfique dans le carquois d’une vie saine, un moyen potentiellement important de maintenir votre système immunitaire en bonne santé avec le reste de votre corps.

Une approche qui pourrait aider les chercheurs à obtenir des réponses plus complètes sur la question de savoir si des facteurs de style de vie tels que l’exercice contribuent à améliorer l’immunité tire parti du séquençage du génome humain. Cette opportunité de recherche basée sur une technologie biomédicale mise à jour peut être utilisée pour donner une réponse plus complète à cette question et à des questions similaires sur le système immunitaire.

Par exemple, des puces à ADN ou des «puces à gènes» basées sur le génome humain permettent aux scientifiques d’examiner simultanément comment des milliers de séquences de gènes sont activées ou désactivées en réponse à des conditions physiologiques spécifiques – par exemple, les cellules sanguines d’athlètes avant et après l’exercice. Les chercheurs espèrent utiliser ces outils pour analyser les modèles afin de mieux comprendre comment les nombreuses voies impliquées agissent à la fois.

Avec : health.harvard.edu