Cette tribu africaine était experte en matière d’agrandissement du pénis avant la chirurgie plastique

Cette tribu africaine était experte en matière d’agrandissement du pénis avant la chirurgie plastique

mars 15, 2020 Non Par Dr sandra

Bien avant l’introduction des procédures et des produits d’agrandissement du pénis, les Batammariba, autrement connus sous le nom de Somba du Togo et du Bénin, étaient des experts de l’élargissement et de l’allongement de la virilité et cela a été fait lors de l’initiation.

Occupant les régions montagneuses des deux pays d’Afrique de l’Ouest, les Batammariba étaient non seulement appréciés pour leur ancienne technique d’élongation mais aussi pour leur expertise architecturale.

Au Togo, ils résident dans les régions nord-est de Kara au nord du Togo avec le peuple Kabye (kabre), qui est la deuxième plus grande tribu du Togo.

Au Bénin, où ils sont connus sous le nom de Somba, ils peuvent être trouvés autour de la chaîne de montagnes Atakora du nord-ouest du Bénin partageant une frontière avec leurs proches Gur au Burkina Faso voisin qui ont également un grand intérêt pour l’architecture.

La procédure d’allongement et d’agrandissement du pénis, qui a été principalement effectuée chez les Somba, faisait partie des processus pour initier les garçons à l’âge adulte.

Une herbe traditionnelle est pilée et oint sur le pénis, puis une branche d’arbre ou un ivoire est coupé et un trou d’une taille particulière est fait pour l’initié.

L’initié y met son pénis pendant quelques mois jusqu’à ce qu’il atteigne une taille et une longueur particulières de son choix et peut maintenant le retirer, selon les récits historiques.

Pendant les derniers rites publics d’initiation, des vêtements riches sont drapés sur les épaules des initiés, des cauris sont suspendus autour du cou et de la taille et des coiffes à cornes sont placées sur la tête.

«Les gens qui sont les vrais constructeurs de la terre» est censé être le vrai sens de Batammariba, bien que les colonisateurs leur aient également donné le nom de Tamberma qui signifie «bons constructeurs», par conséquent, quand on déménage à Koutammakou où vivent la plupart des Batammariba, ils trouveront l’architecture des maisons-tours de boue de Takienta – des bâtiments à deux étages et des toits de chaume plats ou coniques.

Dans ces maisons fortifiées de deux étages, également connues sous le nom de Tata Somba, le rez-de-chaussée, selon les témoignages, est utilisé pour «loger le bétail la nuit, des alcôves internes sont utilisées pour cuisiner, et l’étage supérieur contient une cour sur le toit et est utilisé pour séchage des céréales, des dortoirs et des greniers. »

«Chaque maison a la vie en elle, divisée en ombre et lumière, masculin et féminin. Comme chaque maison est un symbole de fertilité et de fécondité, la femme de la maison l’honore et la décore en dessinant des sillons dans la boue humide avant qu’elle ne sèche, lui donnant son aspect strié horizontalement », selon un article sur scribol.com.

Avec une population estimée à plus de 176 000 habitants, les Batammariba ont migré vers leur emplacement actuel depuis le nord et le nord-ouest du Burkina Faso où ils vivaient avec le peuple Mossi entre les 16e et 18e siècles, selon des recherches historiques.

Agro-pasteurs de tradition, la richesse d’une famille à Batammariba est déterminée en fonction de la taille de son bétail, qui, au cours des dernières années, a également servi des objectifs socioculturels clés.

Comme indiqué par N’Poh et N’Guissan, 1998, 52% des animaux étaient destinés aux funérailles et 28% aux dot, le reste (20% seulement) étant destiné à la vente.

En effet, un grand pourcentage d’animaux participent aux funérailles de Batammariba qui sont souvent associées à des rituels tels que la danse des tambours (Tibenti) pour honorer les anciens décédés et la cérémonie de «retournement» effectuée au salon funéraire.

Fondamentalement, quand un homme meurt, une autre cérémonie d’initiation est faite pour lui car le fait de ne pas le faire n’encouragera pas la progéniture du défunt à faire de même ou peut même causer la mort de la progéniture.

Le salon funéraire est orné de tissus funéraires (tout comme les initiés sont habillés) et de riches étoffes sont drapées sur les étages supérieurs de la maison comme pour les initiés.

Des cauris sont placés autour de la porte du salon funéraire, tout comme les initiés sont habillés de cauris autour de la taille et du cou, et des cornes en terre sont placées au centre du toit de l’entrée (car les initiés reçoivent des coiffes).

Essentiellement, ces rituels permettent de réinitier une maison pour «représenter» et «nourrir» ses futurs descendants.