L’habitude de la masturbation chez les filles

L’habitude de la masturbation chez les filles

mai 17, 2020 Non Par Dr sandra

La masturbation est un terme appliqué à une mauvaise habitude qui consiste à manipuler et à frotter les parties génitales. C’est une mauvaise habitude car elle est susceptible de nuire à la santé et au développement futur de la fille. Plus elle est pratiquée fréquemment, plus elle est nuisible. Elle est plus nuisible que lorsqu’elle est pratiquée par les garçons, car les effets sont généralement plus permanents. Les filles qui s’adonnent à la masturbation à l’excès non seulement s’affaiblissent, deviennent anémiques et obtiennent un teint terne et boutonneux, mais elles perdent leur désir d’avoir des relations sexuelles normales lorsqu’elles grandissent et ne sont pas en mesure de tirer un plaisir de l’acte sexuel quand ils se marient. Beaucoup de filles qui se masturbaient excessivement éprouvent une forte aversion pour l’acte sexuel normal, et leur vie conjugale est malheureuse.

L’habitude est beaucoup moins répandue chez les filles que chez les garçons. La fille qui apprécie sa santé, sa beauté et sa croissance et son développement mental appropriés ne doit pas s’y adonner.

Le comportement des parents – Le comportement de certains parents lorsqu’ils découvrent que leur enfant caresse ses organes génitaux ou se livre à la masturbation, ils ont l’impression qu’une grande calamité leur est arrivée. Imprégnés de l’idée médiévale du caractère coupable de l’habitude, ainsi que de sa nocivité, ils commencent à gronder l’enfant, à l’effrayer, à lui faire croire qu’il fait quelque chose de terrible, qu’il l’a déshonoré et lui-même, et ils essayez de le persuader que, à moins qu’il ne s’arrête immédiatement, les conséquences les plus terribles l’attendent. Le résultat de ce mode opératoire est désastreux, bien plus que la masturbation elle-même.

Les parents et les médecins doivent apprendre que la nocivité de l’habitude a été considérablement et grossièrement exagérée. Il est temps qu’ils sachent que la grande majorité des garçons et des filles se débarrassent de cette habitude sans être ni grand chose, ni pire, pour le pire. Si l’affaire est examinée de manière sensée et sensée, pour dire à l’enfant pris dans la pratique qu’il a commis quelque chose de honteusement vicieux et criminel, mais parlez-lui gentiment et dites-lui que ce qu’il fait peut entraîner des blessures graves, nuire à sa santé et à son développement mentaux et physiques futurs, alors ils auront beaucoup plus de succès dans leurs efforts pour briser le garçon ou la fille de l’habitude.

Dénoncer l’indulgence même la plus modérée en matière de masturbation comme vice a un effet préjudiciable sur la personne qui s’y adonne et rend plus difficile pour elle de rompre avec l’habitude. Les victimes de l’habitude se considèrent dégradées, irrémédiablement perdues. Ils perdent leur respect d’eux-mêmes et, pour cette raison, il leur est plus difficile de rompre avec l’habitude.

La prévention de l’habitude – L’un des principaux moyens de prévenir les habitudes est de surveiller attentivement l’enfant dès son plus jeune âge. Bien que, souvent, les nourrices vicieuses ou stupides, les gouvernantes, par ignorance ou peut-être délibérément, incitent les enfants à leur charge et cela doit bien sûr être évité. Les enfants à partir de neuf, dix et onze ans ne doivent pas toujours être laissés seuls, mais toujours sous surveillance. Et aussi une amitié trop étroite entre garçons et filles, en particulier d’âges différents, doit être considérée avec suspicion.

Le couchage de deux personnes dans le même lit, qu’il s’agisse de deux enfants ou d’une personne âgée et d’un enfant, ne doit en aucun cas être autorisé. L’enfant, garçon ou fille, doit dormir seul, sur un matelas plutôt dur, et le revêtement doit être léger. Un couvre-lit décoratif peut être placé sur les pieds. L’enfant doit toujours dormir avec les bras sur la couverture et jamais en dessous. Si cette pratique est commencée chez un enfant depuis l’enfance, il sera très facile de s’habituer à la façon de dormir, et de nombreux cas de masturbation seront éliminés.

Si l’on essaie de surveiller l’enfant, il doit être si soigneusement entouré de vigilance qu’il ne peut pas transgresser sans être détecté. S’il n’est que partiellement surveillé, il apprendra bientôt à échapper à l’observation, et donc l’effet ne fera que le rendre rusé dans son vice.

Les bains chauds sont également très dommageables pour les jeunes enfants dans leur influence en cas de masturbation. Même sur les adultes, un bain chaud a un effet stimulant sur leur désir sexuel. Tout facteur susceptible de donner lieu à l’habitude de la masturbation doit être supprimé. Certaines personnes s’abstiendront de se manipuler avec leurs mains, mais pratiqueront ce que l’on appelle la masturbation mentale. Autrement dit, ils concentreront leur esprit sur le sexe opposé et se représenteront diverses scènes lascives jusqu’à ce qu’ils se sentent satisfaits. Cette méthode est extrêmement nocive et épuisante et est très susceptible de conduire à une neurasthénie et à une dépression nerveuse. Cette habitude est encore plus nuisible que l’habitude habituelle.

Chez les adultes ou les jeunes, un plan différent doit être poursuivi. Les considérations morales et les conséquences inévitables pour la santé du corps et de l’esprit sont les principales influences par lesquelles une réforme doit être effectuée. Les considérations peuvent être encouragées avec toute l’éloquence et le sérieux possibles, mais ne doivent pas être exagérées. S’il y a des influences spéciales qui peuvent être exercées sur un individu particulier, celles-ci devraient être rapidement employées et appliquées de manière à leur assurer leur pleine portée.

Mais bien que le plus à faire, ce soit par l’individu lui-même. Tout ce que les autres peuvent faire pour lui, c’est de l’entourer de circonstances favorables et de l’éveiller à une véritable perception de sa condition et de son danger réels. Si cela peut être accompli à fond, il y a beaucoup de raisons d’espérer, mais si l’individu est devenu tellement perdu pour tout sens de la pureté, toutes les aspirations vers de bons et nobles objets, qu’il ne peut pas être fait ressentir le besoin de réforme, alors son l’affaire est devenue désespérée.

Le travail est aussi un excellent remède, un travail qui va vraiment fatiguer la victime, de sorte que lorsqu’il se couche, il n’a aucune disposition à se souiller.

Comment une personne peut s’aider elle-même.

I. Commencez le travail de réforme en purgeant l’esprit. Si une pensée obscène pénètre dans l’esprit, dissipez-la immédiatement. Cultivez un dégoût pour la concupiscence. Ne jamais héberger de telles idées un instant, car elles conduiront sûrement à une sur-utilisation. Si par hasard, le péché physique ne doit pas être commis, la pensée elle-même est péché et laisse une cicatrice physique aussi bien que morale presque aussi profonde et hideuse que celle infligée par le crime plus grave.

II. Évitez la solitude, car alors vient la tentation, et vous êtes le plus susceptible d’échouer. Évitez également toutes les autres causes pouvant conduire à l’acte.

III. Pour aider à la pureté de l’esprit, chaque fois que des pensées impures pénètrent, dirigez immédiatement l’esprit sur l’objet le plus pur que vous connaissez. Fuyez la cause excitante spéciale, s’il y en a une, et engagez-vous dans un travail actif ou un autre exercice qui détournera l’esprit vers un autre canal.

IV. Respectez strictement toutes les règles établies pour la culture de la chasteté et le maintien de la continence.

V. Et surtout, cherchez la grâce et l’aide de la source de toute force spirituelle à chaque moment de la tentation, en vous appuyant sur la promesse «cherchez et vous trouverez».