Accueil Mode et Style Les utilisations secrètes de Baya par les femmes en afrique

Les utilisations secrètes de Baya par les femmes en afrique

secret femme baya

Saviez-vous que dans certains pays africains il existe un objet de séduction important appelé ‘Baya’ ? et ce Baya a plusieurs utilisations secrètes que je vais vous dire aujourd’hui. Le baya est un objet de séduction pour femme dans de nombreux pays africains.

Ce sont des colliers de perles colorées, utilisés par les femmes d’Afrique de l’Ouest comme bijoux pour embellir leurs hanches.

Au Mali et au Togo on l’appelle « Baya », alors qu’en Côte d’Ivoire on l’appelle « Afflema ». En gros, le nom change mais l’objet reste le même.

Ce sont des perles composées de différentes matières premières, notamment de la porcelaine, du caoutchouc, des excréments d’une espèce rare de papillon, des fragments de roche et de bois.

L’utilisation des perles remonte à plus de 36 000 ans : les premiers colliers découverts étaient fabriqués à partir de dents d’animaux gravées. Plus tard, d’autres matériaux tels que les coraux, les coquillages et l’ivoire ont été utilisés. De nos jours, le verre est le matériau le plus utilisé pour créer ces perles spéciales.

Généralement, ces perles proviennent d’Indochine ou du Liban, alors qu’au Sénégal le Baya est produit par les Peuls. C’est un peuple riche qui est connu pour son immense pouvoir magique ; en effet, dans leurs terres, il y a des arbres qui donnent aux tribus les fruits qui serviront plus tard à produire ces ornements particuliers.

Cependant, il faut préciser que les Peuls ne fabriquent pas de simples bijoux de séduction. Ce qu’ils vont faire, c’est créer des amulettes magiques avec lesquelles ils parviennent à garder les vierges jusqu’au mariage ; empêcher les couples de tricherie ; pour résoudre les problèmes d’impuissance masculine et d’infertilité.

Une fois que vous avez compris les origines et le matériau dont ils sont faits, il est nécessaire de connaître leurs objectifs.

Les bayas ont trois finalités différentes : protection, santé et séduction. Dans certaines tribus, à la naissance, un collier est placé sur les hanches de la petite fille pour la protéger.

D’autres perles sont ajoutées au collier dans le but de favoriser la santé de la jeune fille à l’adolescence. Toutes les filles qui portaient des perles sont alors devenues des femmes à la silhouette en « sablier » qui est le canon idéal de la beauté africaine.

Plus tard, une fois devenues femmes, elles portent des perles pour séduire leur mari. Il est clair qu’à chaque âge et situation matrimoniale correspond une Baya différente :

Types de  »Baya » et leurs secrets

  • le ‘Djadjal’ est un type de baya fait de petites perles est porté par les filles dans leur petite enfance. Dès que la sage-femme annonce le sexe féminin, la grand-mère maternelle s’occupe des perles qu’elle aura l’honneur et la fierté de nouer sur les hanches du nouveau-né ;
  • le « Ferl » est un type de baya composé de grosses perles et il est souvent porté par les filles en âge de se marier. Étant composé de grosses perles, Ferl fait beaucoup de bruit lorsque la jeune femme se promène ; le but est d’attirer l’attention des hommes. Cette façon de capter la curiosité des hommes est utile à la jeune fille lorsqu’elle est prête à recevoir une demande en mariage ;
  • le ‘Môrô’ ou ‘Moromoro’ est un type spécial de Baya parfumé qui est porté par les nouvelles mariées la nuit de noces. Le parfum des perles du lit double éveille les désirs du mari et semble aider le couple à atteindre un niveau d’érotisme supérieur ;
  • la ‘Pême’ est une Baya lumineuse faite de perles phosphorescentes. Ce groupe de perles, utilisé par les femmes mariées, émet une étincelle dans l’obscurité, indiquant au mari le chemin qui mène au lit.
  • De plus, grâce à Baya, les femmes peuvent facilement remarquer une perte ou un gain de poids. En effet, les perles montent ou descendent en fonction du poids de la personne qui les porte.

Comment se porte le baya autour de la taille

Quant aux manières de porter le Baya, on le voit généralement le porter sous les vêtements car seul le mari peut avoir le privilège de les voir. Si certaines filles l’utilisent désormais de manière sporadique, d’autres respectent encore les traditions populaires. Lors de plusieurs cérémonies, comme le mariage, il est souvent conseillé aux filles de porter la Baya par-dessus leurs vêtements pour éviter qu’elle ne tombe pendant les danses.

Il y a aussi des curiosités et des astuces sur l’objet, qui vont au-delà du simple port de perles. Les femmes sénégalaises vaporisent un parfum naturel appelé « Nimmalin » qui signifie « je te saoule », et leurs hommes entrent dans un état altéré lorsqu’ils les utilisent.

Les mères Akan font plutôt porter des bayas d’or à leurs filles après le mariage pendant une période de sept jours.

De plus, il semble que le Baya ne soit pas uniquement porté par les femmes. Par exemple, le peuple Masaï du Kenya a une tradition selon laquelle les jeunes hommes, en âge de se marier, se maquillent avec de l’argile et portent des colliers sur leurs plus beaux vêtements pour courtiser les femmes.

Bien que l’utilisation de colliers de perles sur les hanches soit une tradition africaine, en Europe, de nombreuses femmes françaises optent pour le Baya à la place du fourreau pour modeler leur corps.

Souvent, le monde s’intéresse aux pays africains uniquement parce qu’ils offrent d’innombrables ressources et richesses naturelles, mais il est fondamental de comprendre comment leur culture a aussi beaucoup à offrir.

Source : https://mondointernazionale.com/en/donne-e-seduzione-femminile-in-africa

Quitter la version mobile