Faire face à un traumatisme policier

Faire face à un traumatisme policier

février 2, 2020 Non Par Dr sandra

Comment gérer un traumatisme policier

Ayant accompli 30 ans de service de police avec la police métropolitaine au Royaume-Uni, j’ai vécu de première main les effets des traumatismes sur le corps mentalement et physiquement.

Au moment où je servais, c’était dans un environnement très pressurisé par les pairs. Admettre se sentir stressé, fatigué ou en difficulté serait un signe de faiblesse. Ce qui, dans un rôle d’armes à feu, entraînerait le retrait de votre autorité en matière d’armes à feu. C’était quelque chose qu’aucun flic d’armes à feu n’avait jamais voulu.

Les conséquences de cette pression, qui ont fait souffrir les officiers en silence et interrogées par des collègues ou des superviseurs, n’admettraient pas qu’elles avaient du mal à faire face. Il faudrait une crise de santé mentale majeure, avant que quiconque ne s’en rende compte, puis il était dans certains cas trop tard.

Pourquoi les flics sont-ils si sceptiques quant à l’aide professionnelle? Tout simplement, nous pensons que cela aura un effet néfaste sur nos carrières policières et nous empêchera de jouer les rôles pour lesquels nous postulons ou sommes déjà déployés.

Malgré toutes les recherches et études coûteuses effectuées, le problème reste toujours de briser la stigmatisation et de rassurer les flics, c’est OK de ne pas être OK.

La question à un million de dollars est donc de savoir comment éliminer la stigmatisation? Qu’est-ce qui convaincra les flics d’admettre qu’ils ont du mal?

La magnatude des deux tâches était parfaitement claire lorsque j’ai présenté le yoga au responsable des armes à feu pour la première fois. Au début, il a été accueilli avec amusement et moquerie, d’être appelé un hugger d’arbre à rose et moelleux! Cependant, non dissuadés, nous avons identifié ce qui causait un certain nombre de stress aux officiers. Blessures causées par le maintien de l’ordre, le port d’équipement lourd, des voies de fait ou tout simplement l’usure. Nous avons ensuite promu les bienfaits physiques du yoga, en maintenant la flexibilité, en étirant les vieilles cicatrices et les articulations fatiguées. Cela a eu un impact immédiat sur leur bien-être, mais ce que nous avons constaté, c’est qu’ils répondaient davantage à la section de méditation de la session de yoga et, dans certains cas, déclaraient que c’était la première fois depuis longtemps qu’ils se détendaient.

Avec succès, nous leur avons fait découvrir les bienfaits du yoga et, plus important encore, de la méditation. Les sessions sont désormais sursouscrites, des sessions supplémentaires sont constamment demandées pour répondre à la demande.

L’idée que j’ai eue avec cette initiative était qu’elle ne faisait que réagir à un problème. Ce que je désirais, c’était de fournir une intervention précoce. Cela allait s’avérer être un autre écrou difficile à casser!

Comment décelons-nous les premiers signes que quelqu’un a du mal?

Pour atteindre cet objectif, nous devions améliorer notre sensibilisation à la santé mentale. La vision était d’avoir Blue Light Champions (BLC) dans chaque équipe / relève / unité. Ce serait nos yeux et nos oreilles sur le terrain.

Les officiers seraient informés de leurs BLC et seraient encouragés à leur parler. De plus, les BLC seraient en mesure d’identifier les membres de leurs propres équipes, que quelque chose n’allait pas, par comportement de caractère, absentisme ou isolement. Quelque chose qu’un étranger à l’équipe ne reconnaîtrait pas immédiatement, car ils n’étaient pas conscients des traits de comportement antérieurs.

La prochaine étape de notre initiative de sensibilisation mentale a été de former autant de superviseurs de première ligne que de secouristes en santé mentale. Cela leur donnerait les outils essentiels pour non seulement identifier les signes, mais aussi la confiance nécessaire pour traiter avec l’agent.

Les BLC et les secouristes en santé mentale étaient au courant du soutien offert aux agents, que ce soit par le biais de l’Unité de santé au travail, des organismes de bienfaisance de la police et d’autres organismes.

Nous avions donc maintenant en place un modèle dans lequel nous pouvions identifier les premiers signes. l’étape suivante consistait à renforcer la résilience de la police. Comment empêcher les agents de s’épuiser ou de subir des blessures liées au stress?

Cette étape suivante a impliqué un certain nombre d’approches différentes.

Tout d’abord, nous avons examiné l’une des causes les plus courantes de stress, de sommeil ou de manque de! En éduquant les agents sur les avantages d’un régime de sommeil sain, nous pourrions leur donner une meilleure conscience de la façon dont cela affecte leur corps, mentalement et physiquement. Si nous pouvions démontrer à quel point il était facile de suivre un régime de sommeil sain et d’améliorer leur qualité de sommeil, en faisant quelques ajustements mineurs à leur préparation au sommeil. Cela réduirait la quantité de stress et renforcerait leur résilience.

Ensuite, nous avons examiné le traitement du stress aigu, à la suite d’un incident traumatisant. Il est bien connu que si vous savez comment votre corps réagit à certains événements, nous sommes plus en mesure de reconnaître que ce qui se passe est une réaction parfaitement normale. Cela réduira à son tour la quantité d’anxiété associée à cet événement. Intégration d’un certain nombre de stratégies d’adaptation, d’exercices de respiration, de relaxation musculaire et de méditation. Nous avons pu démontrer combien il était facile de contrôler l’esprit et de réduire l’anxiété.