Conseils pour vivre avec quelqu’un accro à la maison

Conseils pour vivre avec quelqu’un accro à la maison

février 7, 2020 Non Par Dr sandra

Après une longue journée de travail ou une expérience stressante, le retour dans la famille est un moment de bonheur. Vivre avec des êtres chers peut être une source d’immense force alors que les membres se réunissent pour partager leurs peines et leurs succès. Cependant, l’expérience devient amère si un membre est aux prises avec la toxicomanie. Le mode de vie habituel est perturbé car la toxicomanie impose un fardeau financier, mental et émotionnel à tout le monde. Elle détruit la paix et modifie la dynamique familiale.

Voici quelques conseils pour aider une famille à vivre avec une personne accro à la drogue ou à l’alcool et à conserver sa santé mentale:

S’instruire – De nos jours, il existe de nombreuses ressources disponibles en ligne grâce auxquelles on peut obtenir beaucoup d’informations sur la toxicomanie. La toxicomanie n’est pas un échec moral, mais plutôt une maladie du cerveau. Une éducation peut aider la famille à organiser une intervention ou des ressources appropriées pour aider celui qui souffre.

Tisser des liens avec des groupes de soutien – Vivre avec une personne accro à l’alcool ou aux drogues peut être épuisant pour le reste des membres de la famille. La situation peut empirer avec la violence physique et verbale. Il est important d’encourager la personne qui souffre à se connecter avec des groupes de soutien et à participer régulièrement à leurs séances.

Ces groupes offrent une plate-forme pour donner libre cours à ses sentiments, mieux comprendre le problème et se sentir positif. Écouter les histoires des autres peut être très encourageant. Les groupes de soutien organisent également de nombreuses séances de thérapie familiale afin de renforcer le lien, de penser au-delà des jeux de blâme et des silences, et de travailler à créer un meilleur environnement à la maison.

Manger ensemble – Dans la vie trépidante, il est plus facile de prendre une collation au travail ou de manger pendant le trajet de retour du travail. Mais au moins un repas devrait être là où tous les membres peuvent s’asseoir ensemble, prier et manger. Le temps passé en famille donne à tous l’occasion de parler de leur journée, de partager leurs problèmes et de se sentir connectés.

Prendre soin de soi – Faire face à la dépendance à la maison peut parfois devenir accablant. Alors que les membres de la famille essaient de comprendre le problème autant que possible, il est tout aussi important pour eux de prendre soin de leur santé. Les proches devraient s’adonner à des activités thérapeutiques comme la lecture, la peinture, le chant, assister à des concerts, le jardinage, jouer avec les enfants, la cuisine ou la charité.

Faire de l’exercice régulièrement – Toute forme d’exercice physique est connue pour atténuer les niveaux de stress. En participant à des séances d’entraînement ou en rejoignant un cours de danse, on peut rester revigoré. La personne souffrant d’une dépendance devrait être encouragée à prendre de telles séances conjointement pour obtenir le double effet – de détendre l’esprit et de rester heureux avec la famille.

Prendre soin d’autres choses – Limiter l’accès de la personne dépendante aux finances, supprimer les déclencheurs qui augmentent la dépendance, organiser un soutien professionnel, éviter le stress et prendre la vie un jour à la fois sont quelques-unes des autres façons qui peuvent aider une famille à mieux faire face à un dépendance.

Un soutien professionnel est nécessaire : Parfois, malgré nos meilleures intentions et nos efforts, nous ne fonctionnons pas comme une seule famille. Dans ces circonstances, il est préférable de recourir à une intervention professionnelle et de demander l’assistance d’experts. Il vaut mieux agir avant que le problème ne dégénère.