Conclusions de l’étude des propriétés antitumorales du Moringa

Conclusions de l’étude des propriétés antitumorales du Moringa

décembre 20, 2019 Non Par Dr sandra

Les parties de Moringa utilisées à des fins de recherche ont toutes été collectées dans la ville de Tabuk, en Arabie saoudite, où cette plante est cultivée en abondance et ne représente pas une espèce en voie de disparition, un détail important qui la rend appropriée pour une utilisation en laboratoire. Les analyses ont été effectuées au Prince Sultan Military Medical dans la ville de Riyad, sur des échantillons de feuilles, d’écorce et de graines qui ont d’abord été séchés puis hachés séparément.

L’extraction des composants essentiels, réalisée dans un environnement aseptique, a eu lieu dans de l’éthanol, puis ils ont été filtrés et évaporés pour éliminer le solvant restant et ainsi obtenir une masse compacte. Ce passage est fondamental pour l’identification des substances présentes dans la plante, l’un des principaux objectifs de l’étude.

Les analyses effectuées par chromatographie en phase gazeuse et spectrométrie de masse (CG-MS) ont effectivement trouvé de nombreux composants anti-tumoraux dans le cortex et les feuilles, alors qu’ils sont presque totalement absents dans les graines. Ces substances, en particulier le composé phénolique appelé eugénol, inhibent la prolifération des cellules malades en agissant sur leur signal de transmission.

D’autres recherches scientifiques ont attribué les effets anticancéreux de l’euganol contre certaines maladies particulières telles que le mélanome, la leucémie, le carcinome gastrique, les tumeurs de la peau et de la prostate. De plus, un autre composé présent majoritairement dans les feuilles de Moringa (monosaccharide très rare d-allosea) provoque l’arrêt du cycle cellulaire à son stade initial uniquement dans la tumeur et non dans les cellules normales, comme l’acide palmitique, présent dans toutes les parties de la plante. .

Les analyses effectuées ont montré la présence réelle de composés naturels bioactifs à fort pouvoir antitumoral, comme le prouvent également des études antérieures non réalisées sur la plante Moringa. La découverte de ces expériences a été la découverte réelle d’une survie réduite des cellules malades si elles étaient soumises aux extraits des feuilles et des tiges, car celles-ci inhibent l’activité d’une protéine particulière responsable de la fonctionnalité et de la prolifération des cellules malades; en plus de cela, les études ont également montré leur mobilité réduite vis-à-vis des tumeurs du sein et du côlon, qui faisaient l’objet de l’étude primaire.


Conclusions de l’étude des propriétés antitumorales du Moringa

Au final, les résultats obtenus par les chercheurs de l’Université d’Alabama, s’accordent avec d’autres recherches menées sur les propriétés des feuilles et de l’écorce de Moringa, selon lesquelles les substances qu’elles contiennent agissent comme anti-tumorales tant sur la mobilité des cellules que sur la formation de nouvelles colonies de prolifération pour les maladies étudiées, à savoir le cancer du sein et du colon. Naturellement, cela ouvre la voie à de nouvelles recherches et analyses, en particulier à une analyse plus détaillée de la composition moléculaire du Moringa et des mécanismes complexes qui interfèrent avec la propagation de la tumeur.

Il semble clair que l’utilisation thérapeutique de cette plante est un outil précieux pour soutenir les thérapies classiques pour le traitement des carcinomes objet de ces études, même si elles se présentent sous une forme agressive. Dans le domaine de la recherche, des pas de géant sont réalisés dans l’identification de substances capables de lutter efficacement contre le développement et la prolifération des tumeurs; bien sûr, cela ne devrait jamais se faire au détriment de la santé générale du patient malade, avec l’utilisation exclusive de thérapies invasives et déstabilisantes pour tout le corps.

C’est précisément dans cette direction que se concentrent désormais les efforts de la communauté scientifique. De notre côté, nous savons qu’un mode de vie sain combiné à une alimentation saine et saine peut aider à lutter de manière décisive contre l’apparition de nombreuses maladies, dont le cancer. Cette prise de conscience, inconnue il y a quelques années, doit nous rendre beaucoup plus responsables de notre santé et nous obliger à changer nos habitudes de vie au quotidien.

La possibilité d’acquérir des informations grâce à une plus grande diffusion de celles-ci est d’une grande aide et cela peut très souvent nous aider à trouver la solution à de nombreux problèmes. Dans ce cas, par exemple, nous avons découvert, quoique très tardivement par rapport aux populations qui l’utilisent depuis longtemps, les propriétés extraordinaires de cette plante, le Moringa, qui devrait à juste titre faire partie de notre alimentation quotidienne en tant que complément naturel régulier.